Nos Informations :

 

 

Les membres de l'APEL du sacré Coeur vous informe ; Voici dans l'ordre chronologique les différents sujets qui font l'actualité de notre école :

 

EXPOSITION 2019

 

Marige intervient dans certaines classes pour des ateliers d'arts plastique. 

Une exposition est organisée le lundi 8 avril 2019 à 17h45.

Et dans ce cadre là, l'APEL se charge de fournir et apporter un petit pot pendant l'exposition. Merci aux parents présents de prendre en charge la gestion et la distribution de cette petite collation que l'APEL offre... 

Voici les classes concernées : 

Colibris

CE1 rouge

CE2 rouge

CE2 jaune

CM1 jaune

Exposition mai 2016 :

Depuis plusieurs années, Marige OTT (Artiste en Peinture et Sculpture - www.marigeott.fr) vient proposer son talent au développement artistique de quelques classes de notre école...

Le résultat est à chaque fois époustouflant, et les enfants sont très fiers des oeuvres qu'ils ont produite !

Voici ci-dessous quelques photos de l'exposition qui a eu lieu dans les classes le 12 mai 2016 :

Les CP et les CE1 rouges ont fait une belle étude sur le thême de l'

A B C édaire...

Les classes de Ce2 et du CM1 Rouge, ont travaillé et produit sur le thême de la

ATTENTAT 2015 - Comment en parler avec vos enfants

 
 

Les maternelles fêtent l'avent en priere :

Célébration de la Toussaint

 

Voici les photos de la célébration de la toussaint qui a eu lieu le 5 novembre 2015 à St Michel.
C'était un très beau moment.
Tous les prénoms des enfants et de la communauté éducative étaient inscrits sur un grand cœur qui a ensuite été décoré.

 

En voir plus
CONFERENCES
Années 2014-2015 :

 

 

Nous nous faisons le relais pour vous informer de 4 conférences de grande qualité sur des sujets importants, auxquelles vous avez pu assister :

 

- Conférence ciné-débat sur le harcèlement scolaire : le 24 mars 2015 à 19h

 

 

Qui ? : organisée par la Mairie du 17ème, avec des professionnels de santé et de l'Education Nationale

Comment ? : entrée libre

 

- Conférence sur "Les difficultés des chrétiens d'Orient, comment pouvons-nous les aider ?" : le 26 mars 2015  à 19h30

 

 

Qui ? : organisée par la commission pastorale de l'Apel PARIS, avec Monseigneur GOLLNISH, responsable de l'Oeuvre d'Orient en France.

Comment ? : remplir et renvoyer le coupon réponse joint avant le 23 mars.

 

- Conférence sur la communication intra-familiale : le 9 avril à 20h30

 

 

Qui ? : organisée par les Apel du Groupe Scolaire

Comment ? : entrée libre

 

- Conférence sur l'éducation à la liberté : le 13 avril à 20h00

 

 

Qui ? : Le service Iformation et Conseil aux Familles de l'Apel PARIS, avec Bruno PIETTRE, psychothérapeute et ancien pilote de chasse.

Comment ? : entrée libre

 

 

 

 
 
Les nouveaux OBJETS 2014-2015
Printemps 2015

 

Cette année, nous vous avons proposé deux nouveaux objets pour compléter votre collection :

 

- un livre de recettes regroupant deux recettes par classe et illustré par des photos, vendu au prix de 10 €,

- un set de table (par classe) illustré par les dessins des enfants suivant un thème choisi par chaque classe, vendu au prix de 5 €.

 

 

 

L'argent récolté a contribué au financement des projets des enseignants et à la solidarité pour les familles.

 

Nous vous remercions pour votre soutien.

 

 
 
Vive la cuisine  !
Mars 2015
 
Cette année, l'Apel va réaliser :
un livre de recettes (type chevalet) réunissant 2 recettes par classe.
Soit 42 recettes au total.

En accord avec les enseignant(e)s, nous sollicitons les parents pour réunir les recettes auprès des familles de votre classe.

Ce livre sera vendu par l'Apel au profit des projets des enseignants de l'établissement.
 

Ce livre aura pour thématiques : Cuisine du Monde et Cuisine de nos régions.

Il faudrait que chaque classe fournisse 2 recettes (entrée, plat ou dessert) avec des textes sur la même thématique.

Chaque maitresse collectera les recettes des familles et en sélectionnera deux !

 

Voici les thématiques par classe :

PS Grenouilles : Bretagne
PS Lucioles : Auvergne


MS Zèbres : Pays Basque
MS Papillons : Provence


GS Marguerites : Corse
GS Abeilles : Alsace

 

CP Jaune : Savoie
CP Rouge : Normandie
CP Vert : Nord

 

CE1 Jaune : Guadeloupe
CE1 Rouge : Grèce
CE1 Vert : Portugal


CE2 Jaune : Allemagne
CE2 Rouge : Espagne
CE2 Vert : Russie

 

CM1 Jaune : Chine
CM1 Rouge : Inde
CM1 Vert : USA


CM2 Jaune : Mexique
CM2 Rouge : Maroc
CM2 Vert : Italie

Les 2 illustrations des recettes seront des photos des élèves de chaque classe, que nous nous chargeons de prendre, avec des toques de cuisinier spécialement distribuées pour l'occasion.

 

 

Attention : La réception des recettes et des illustrations est fixée au 19 MARS 2015.

 

Merci de votre implication dans ce projet, à vos fourneaux !

 



 
1/2
Lire et Délires!
février 2015
 

​​Dans le cadre d'un projet commun à toute l'école sur le

livre, certaines classes ont réalisé des oeuvres inventives,

drôles, magnifiques, poétiques et nous invitent, parents et

enfants, à les découvrir et les admirer :

 

- Jeudi 12 février 2015 :

de 17h30 à 18h00 pour les PS, MS et GS,

de 18h00 à 18h30 pour les CP, CE1 et CE2,

de 18h30 à 19h00 pour les CM1 et CM2,

 

- Vendredi 13 fevrier 2015 :

de 8h15 à 9h30, les oeuvres resteront exposées pour le café des parents.

 

Vous pourrez profiter de votre venue pour récupérer les affaires perdues, partager un apéritif et découvrir les dessins de Marie de Lagarde qui croque l'école avec humour, esprit, bienveillance et un talent fou !

 

Demain matin, nous vous attendons nombreux pour le café qui aura lieu dans la salle du bas, au milieu des productions des enfants, pour notre plus grande joie !



 
 

Interview de Madame Larinier

Le 15 novembre 2013


 
Arrivée depuis cette rentrée scolaire à la direction du Sacré Cœur, Madame Larinier a accepté de se laisser «interviewer»  par l’APEL pour nous permettre de mieux la connaître. Au cours d’un échange très sincère, nous avons ainsi découvert une directrice engagée, à l’écoute et enthousiasmée par son métier :

 

APEL : Madame Larinier, d’où venez-vous et quelles ont été vos expériences professionnelles précédentes ?

Madame Larinier : Je suis parisienne et j’ai commencé ma carrière en tant qu’enseignante, métier que j’avais choisi depuis longtemps. J’ai exercé 5 ans à Boulogne, en CP et CE2, puis je me suis arrêtée de travailler pendant 7 ans pour élever mes 4 enfants. Quand j’ai repris mon activité nous habitions dans le Val d’Oise et j’ai travaillé dans des classes d’adaptation pour élèves en difficulté, puis en CE2, à Garges les Gonesses et à Sarcelles, dans des établissements des Frères des écoles chrétiennes. Ensuite je suis revenue à Paris et j’ai été enseignante en CM2 dans le 14ème et enfin j’ai passé 5 ans à l’école Sainte Marie des Batignolles où j’étais à la fois enseignante et directrice. C’était une petite école de 5 classes et cela a été pour moi une expérience très formatrice.

 

APEL : Qu’est-ce qui vous plaît dans ce métier de directrice d’établissement ?

Madame Larinier : Ce que j’apprécie le plus, ce sont les relations avec les personnes, qui sont très diverses et très enrichissantes : enfants, enseignants, personnel de l’école, parents mais aussi intervenants extérieurs… et jusqu’à l’évêque parfois.

Je trouve d’ailleurs que les relations avec les enfants sont différentes quand on est directrice et non enseignante : n’ayant pas un rôle direct dans l’apprentissage, j’ai davantage la possibilité de m’intéresser à la personne, à la formation de l’Homme, et c’est quelque chose qui compte beaucoup pour moi.

J’apprécie également la qualité des relations que je peux avoir avec les parents : vous nous confiez ce que vous avez de plus cher et de ce fait nos relations sont souvent très vraies, très sincères.

Enfin ce qui me plaît beaucoup dans mon métier, c’est le travail de « mise en projets » avec les enseignants.

 

APEL : Qu’est-ce qui vous a le plus frappée quand vous avez découvert le Sacré Cœur ?
Madame Larinier
: C’est bien sûr la taille de l’établissement d’abord, puisque je venais de la plus petite école de Paris ! Mais j’ai également été frappée par la qualité de l’accueil qui m’a été réservé, malgré le fait que Monsieur Stéphane était visiblement très apprécié et que son départ pouvait être vécu difficilement. J’ai notamment trouvé que les relations avec les enseignants étaient très bonnes. Et puis ce qui m’a frappée c’est l’esprit familial qui règne dans l’école, malgré sa taille. C’est une impression générale, difficile à illustrer par des choses concrètes, mais je constate une vraie attention aux personnes, des relations de qualité entre tous : les enfants se disent bonjour, les parents échangent facilement avec les enseignants… Je dois dire d’ailleurs que je trouve les parents à la fois très présents et très respectueux des rôles de chacun. Cela contribue beaucoup à ce climat familial.

 

APEL : Qu’avez-vous envie de mettre en place ou d’insuffler dans l’école ?

Madame Larinier : Plusieurs choses me tiennent à cœur : Je suis d’abord très attentive à notre rôle dans la construction de la personne et je considère que l’école doit aider les enfants à mieux se connaître, à cerner leurs forces et leurs faiblesses. C’est dans cet esprit que j’ai souhaité mettre en place le « permis à points », qui permet de clarifier les règles du jeu et d’aider les enfants à se situer par rapport à ces règles : certains n’osent jamais les transgresser, d’autres vont souvent jusqu’à la limite, mais ils connaissent les interdits et cela permet à la fois de les rassurer et de les responsabiliser.
 Je suis également très attachée aux projets qui permettent de fédérer l’ensemble de l’école autour de thèmes communs : nous avons par exemple commencé à travailler sur un projet d’école autour de la lecture, qui se traduit par la mise en place de la bibliothèque pour les CE2, par l’écriture d’un livre pendant les classes de nature, etc.

Enfin en matière de pédagogie j’ai à cœur que nous sachions donner du sens aux apprentissages. Pour moi il est très important que les enfants comprennent le sens de ce qui leur est enseigné, qu’ils comprennent « à quoi ça sert ». Par exemple quand il y a des difficultés dans des classes ou avec certains élèves en difficulté je travaille avec les enseignants pour redonner du sens aux apprentissages et remettre ainsi les élèves en projet.

 

APEL : Que pensez-vous qu’il faudrait changer dans l’école ?

Madame Larinier : La première chose que j’ai souhaité changer, c’est le système de sanction car j’ai trouvé que cela manquait et que c’était difficile à gérer. C’est pourquoi j’ai mis en place le permis à points. En dehors de cet aspect, je ne trouve pas qu’il y ait beaucoup de choses à changer car l’école tourne bien. En revanche il faut que nous continuions à avancer sur la mise en place du groupe scolaire et sur les relations avec les autres établissements.

 

APEL : Pour vous quel est le rôle d’une école catholique ?

Madame Larinier : Pour moi l’enseignement catholique donne une alternative aux parents et la différence se fait dans la prise en compte de la personne : l’enseignement catholique fait la promotion de la personne, comme chemin qui mène à Dieu. Ce qui nous distingue également c’est que nous traversons l’échec avec l’espérance.

Je souhaite que ce qui se vit dans l’école, par l’attention que les adultes portent aux enfants, par les liens qui se créent entre les personnes, donne aux enfants la grâce de recevoir l’amour de Dieu. Je souhaite que les enfants aient la possibilité de se laisser toucher par la parole de Dieu et qu’ils sentent comment cette parole devient un moteur pour nos vies. Pour les enfants non baptisés, il ne s’agit pas de les convertir mais de leur donner cette ouverture et de leur offrir cette possibilité de rencontre. Pour les enfants catholiques, notre rôle est de les accompagner dans leur foi et les aider à aller plus loin.

 

APEL : Que souhaitez-vous faire en matière de pastorale religieuse ?

Madame Larinier : ce qui est important pour moi c’est que les liens avec la paroisse soient vrais et faciles et puis que nos célébrations soient jolies, qu’elles soient de vrais moments de prière. J’ai à cœur que l’école soit réellement une école catholique mais que cela se vive de manière vraie, ancrée, par l’exemple et pas par de grandes démonstrations.

 

APEL : Avez-vous des messages particuliers que vous souhaitez adresser aux parents d’élèves ?

Madame Larinier : Je souhaiterais redire que j’ai à cœur d’établir une relation de confiance avec les parents et que cette confiance réciproque est indispensable pour que les enfants soient rassurés affectivement et que tous soient en mesure de prendre les risques nécessaires à l’apprentissage. Je voudrais dire également que je suis très heureuse d’être arrivée dans l’école du Sacré Cœur et que je sens que les enfants et les enseignants y sont heureux aussi !

 

 

PRESENTATION DES RECREATIONS

 

Comment sont surveillées les récréations ?
Elles sont toujours surveillées par des enseignantes. Deux à trois institutrices du cycle sont présentes dans la cour pour veiller sur les enfants.

 

Quels sont les horaires des récréations ?
- Pour le cycle I, les maternelles :

  • Petites et moyennes sections : le matin de 10h45 à 11h05 et l’après midi de 15h30 à 15h50

  • Les grandes sections : le matin de 9h55 à 10h15 et l’après midi de 15h40 à 16h

 

- Pour le cycle II, les CP et les CE1, le matin de 9h50 à 10h05 et l’après midi de 15h à 15h15.

 

- Pour le cycle III, les CE2, CM1 et CM2, le matin de 10h15 à 10h30 et l’après midi de 14h30 à 14h45.

 

Comment est partagée la cour lorsque des petits de maternelles et des grands du primaire sont ensemble ?
Les enfants de la maternelle doivent rester dans leur « petite cour » qui est délimitée par les bancs et doivent jouer dans cette aire qui leur est réservée.

Les grands doivent respecter cet espace et ne doivent pas y venir. Ce sont les enseignantes qui veillent à ce que cette limite soit bien respectée par tous.

 

Comment sont réglés les conflits ?
Lorsqu’il y a un conflit entre les enfants, ils doivent venir chercher l’adulte, et ne doivent pas résoudre eux mêmes les problèmes.
Les récréations peuvent être des moments difficiles pour les enfants, c’est le moment des conflits avec les autres enfants, le moment des convoitises de ce que l’autre a, la confrontation avec les autres classes du même cycle. C’est une prise de risque plus grande pour l’enfant, un cadre plus libre, les jeux sont libres. Cela peut donc être mal vécu par certains enfants.
Mais cela reste un moment nécessaire, une pause dans les apprentissages, et une rencontre avec les différentes classes.

 

Quelles sont les règles pour les récréations ?
Toutes les récréations ont lieu dehors, sauf en cas de très grosses averses.
Les ballons en mousse sont autorisés sauf lorsqu’il pleut ou que c’est mouillé. Les enfants peuvent laisser leurs ballons dans des casiers aux étages de leurs classes.
Les billes sont autorisées sauf en maternelle.

 

Comment est annoncée la fin de la récréation ?
Une cloche sonne à la fin pour que les enfants se regroupent avant de remonter en classe.

 

PRESENTATION DE L'ETUDE DU SOIR

 

Comment se déroule le temps précédant l’étude ?
Pendant une vingtaine de minutes, les enfants sont dans la cour de récréation, ils peuvent jouer, prendre un goûter qu’ils auraient apporté, et se détendre avant de reprendre le travail.

 

Ou se passent les études ? Et combien y en a-t-il ?
Les études ont lieu dans les classes.
Il y a 2 études de CP, 2 de CE1, 1 de CE2, 1 de CM1 et 1 de CM2.
Il y a une quinzaine d’enfants dans les études des CP et CE1, et une trentaine d’enfants dans les études des plus grands.

 

Qui surveille les études ?
Ce sont les enseignantes majoritairement qui surveillent les études. Des enseignantes de maternelles peuvent surveiller les enfants. Les enfants ne sont donc pas systématiquement sous la responsabilité des institutrices de leur niveau. Ils ont, de manière générale, la même personne qui s’occupe d’eux le soir.
Mikaël surveille les enfants ayant des activités Comètes, dans la cantine des maternelles.
Et Alban, un autre surveillant, s’occupe de décharger une classe du cycle III.

 

Comment se passent les études ?
 Les enfants sont responsables de leur travail. C’est à eux de se mettre à travailler. Les enseignantes sont à la disposition des enfants pour répondre à leurs questions, les aider dans les exercices s’ils le demandent. Mais il n’y a pas de vérifications systématiques du travail effectué. C’est aux parents de regarder si l’enfant a bien effectué son travail, s’il a bien appris sa leçon, et si les exercices sont bien compris.
 Lorsque les enfants ont fini tout leur travail, ils peuvent s’occuper par du coloriage, de la lecture, des jeux calmes de types sudoku ou mots mêlés. Les enfants peuvent s’ennuyer à la fin de l’étude, les parents devraient donc veiller à ce que l’enfant ait de quoi s’occuper jusqu’à la fin.

 

PRESENTATION DE LA GARDERIE DES MATERNELLE

 

Comment se passe le goûter des maternelles ?
Les enfants prennent le goûter dans la cantine des maternelles au RdC de 16h10 à 16h30. Il y a entre 40 et 70 enfants ; puis certains partent en activités avec les " Comètes "

 

Toutes les classes sont-elles ensemble ?
Les 3 niveaux de maternelles sont ensemble.

 

Qui surveille le gouter ?
 Il y a toujours 3 ASEM (aides maitresses) pour surveiller le goûter puis la garderie jusqu'à l'arrivée des parents ; Anne-Sophie de la classe des Grenouilles, Tounsia de la classe des Lucioles et Ouiza de la classe des Marguerites.

 

Comment se passe le temps après le goûter et quelles sont les activités proposées ?
Après le goûter les enfants vont aux toilettes et se lavent les mains.
 Il n'y a pas précisément d'activités proposées car avant tout il s'agit d'une garderie d'enfants et non d'un club de loisir.
En fonction de la météo et du nombre d'enfants (qui varie selon les jours d'activités Comètes), il est proposé en priorité de jouer dans la cour avec des ballons ou parfois avec les vélos. Si la météo n'est pas clémente les enfants restent dans la salle de motricité avec des jeux (Légo, petites voitures, jeux de construction, poupées, dinette...)

 

Ils aiment également chanter, faire des jeux de rythme en frappant dans les mains, et parfois une vidéo est projetée lorsque la fatigue et l'excitation de la fin de semaine se font ressentir.

 

Les ASEM sont donc là pour la surveillance des enfants et non pour animer des ateliers créatifs.

LE SPORT EN MATERNELLE

Parcours de motricité des maternelles du vendredi matin

 

Ces parcours permettent d’améliorer la motricité des enfants et les enseignantes choisissent des dominantes d'action correspondant aux directives des programmes : s'équilibrer, sauter, glisser, pousser, lancer, viser, grimper, oser prendre des risques.......

 

Un même parcours est prévu pendant trois semaines environ : l’installation et le rangement des éléments sont effectués par des classes différentes à chaque fois. Les enfants ont donc le temps de bien comprendre les exercices à faire. L'ordre de passage, des petites sections aux grandes sections, permet de le complexifier au fur et à mesure en ajoutant des éléments ou en modifiant les consignes d'exécution.

 

Le parcours du vendredi auquel j’ai assisté cherche à développer les sauts et l’équilibre. Un parcours commence toujours par un point vert et se termine par un point rouge au sol.

 

Les classes passent chacune leur tour, toujours dans le même ordre : Grenouilles, Lucioles, Papillons, Zèbres, Marguerites puis Abeilles. Les enfants passent les uns après les autres, en respectant les "distances de sécurité", pour attendre que l’enfant engagé ait fini son exercice.

 

Les enseignantes et les assistantes maternelles veillent sur les enfants, en leur montrant les exercices à faire. Suivant les âges, les plus petits sont aidés s’ils ont peur ou s’ils n’y arrivent pas. En fonction de la rapidité des enfants, le parcours est recommencé plusieurs fois, éventuellement en faisant évoluer les exercices

 

Les enfants doivent venir dans une tenue adaptée afin de  pouvoir réaliser facilement tous les exercices : des chaussures qui ne glissent pas, les tabliers trop longs sont rentrés dans les pantalons, les robes et les jupes sont interdites.

 

Pour rendre le parcours plus attractif et plus imagé, pour les plus petits notamment, les enseignantes ont rattaché les consignes à des moments festifs ou ludiques tels que "le parcours du Père Noël", "les sports d'hiver", "le carnaval de Venise"......

 

Les enseignantes disposent d'un classeur imagé fourni par le fabricant Asco Celda pour les aider dans leurs assemblages et combinaisons. Elles s’en sont inspiré pour créer tous les parcours en les adaptant aux locaux et au matériel disponible. Tous ces éléments ont été achetés au fur et à mesure par l’APEL, suivant les demandes des enseignantes, tout comme les engins roulants.

 

LES AUTRES TEMPS DE SPORT EN MATERNELLE

 

En maternelle, tous les jours, un temps est réservé au "sport" que l’on appelle aussi motricité.

 

PETITE SECTION

 

En petite section, les élèves ont appris ou vont apprendre la différence entre marcher et courir, ramper, rouler, réagir à un signal, sauter haut, sauter loin, lancer haut, lancer loin, à faire des rondes et exprimer des actions et sentiments  par le corps  : activités d'athlétisme, de gymnastique, de sports collectifs et de danse comme les grands ! Et à la fin de l'année les enfants commencent à utiliser les engins roulants (ils sont trop lourds avant)

 

MOYENNE SECTION

 

 En moyenne section, le temps de motricité est en général effectué dans la grande salle. Il se vit parfois à l'extérieur (pour rouler ou courir). Les enseignantes disposent de matériel pour varier les activités (lancés, sauts, déplacements, expression corporelle...).


Chaque mardi matin est consacré aux engins roulants (si la météo le permet). Les enfants apprennent à se diriger, à respecter un code, mobilisant différentes compétences cognitives (vélos avec ou sans roulettes, tricycles, trottinettes, planches à rouler, rameurs...).

 

Et le jeudi, les enfants dansent.

 

GRANDE SECTION

 

Le « temps fort » de la motricité en grande section se déroule à la piscine, mais les enseignantes proposent aux enfants une demi-heure de motricité le lundi matin pour continuer de développer leurs mouvements et placement par rapport aux autres.

 

Chaque classe va à la piscine par demi-groupe tous les jeudis.
Les Marguerites passent les premiers et les Abeilles prennent le relais.
Les cours sont dispensés à la piscine Léon Biancotto, porte de Clichy. Les enfants s’y rendent en bus, apprennent à se déchausser avant de rentrer dans les vestiaires (un pour les filles et un pour les garçons), ils doivent être autonomes pour se déshabiller. Et une fois en maillot, avec bonnet et lunettes, les enfants passent par la douche, les toilettes et plongent dans la piscine bien chauffée.

C’est Pascal le maitre nageur qui s’occupe des enfants. Les activités commencent là où ils ont pieds. Ils apprennent à aller sous l’eau, à y rester pendant un certain temps. Puis vient le temps de la nage, avec la « Fusée » (les bras devant soi) ou le « Requin » (les bras au dessus de la tête) ; les enfants font des largeurs et s’arrêtent quand ils veulent. Les mouvements de la brasse commencent à être appris doucement.

Des « frites » sont distribuées pour bien flotter, faire « l’étoile de mer » et apprendre à nager dans le grand bain. Et vient ensuite le moment des sauts et des glissades. Un toboggan peut être installé, un cerceau pour sauter dedans ou bien un grand tapis où les enfants courent!

 

Les enfants sont toujours ravis et s’amusent toujours autant.

 

 

 

PRIERES DU CAREME 2014

 

Pendant le Carême, un temps de prière a été organisé par des parents tous les vendredi matin, avant la classe, dans l'oratoire de l'école et ouvert à tous. Ce temps a permis de se poser, de prier et de chanter pour mieux préparer notre coeur à Pâques.


L'oratoire était aussi ouvert tous les matins, pour que les enfants qui le souhaitaient puissent venir prier avant d'aller à l'école. Un arbre dessiné y avait été installé, les enfants étaient invités à noter leurs efforts de carême sur des feuilles ou des fleurs et à les coller sur l'arbre.


Les classes de maternelle ont pu profiter d'un temps particulier de prière dans l'oratoire le vendredi 4 avril, jour du bol de riz.

 

Des parents ont animé cette prière, en invitant les enfants à réflechir aux dons, d'après l'évangile du jeune homme riche. Il y a bien sûr le don financier, le don de quelque chose, mais aussi le don de la gentillesse, du partage, de l'attention. Les enfants ont pu ouvrir leurs coeurs et préparer un peu mieux cette belle fête qu'est Pâques pour nous.

 

 

 

SPORT EN PRIMAIRE

 

Baptiste Landré, professeur d’EPS (Education Physique et Sportive) de toutes les classes de primaires a répondu à quelques questions nous permettant de mieux le connaitre et de découvrir les activités de nos enfants.

 

Quelle est votre formation et votre parcours avant d’arriver à l’école ?
Enseignez-vous dans d’autres établissements ? Les comètes ?

 

Ma formation est celle d’un prof d’EPS, à savoir une fac de sport et l’IUFM de paris pour obtenir une licence.
J’ai tenté de passer le CAPES (pour pouvoir enseigner le sport aux élèves du secondaire) et le concours de la ville de Paris. J’ai fait des remplacements, pendant 2 ans, dans des collèges et des lycées de l’enseignement privé catholique, un peu partout en région parisienne. Depuis mon diplôme, je continuais à m’occuper des enfants le mercredi. A la suite de ces expériences, je me suis rendu compte que l’encadrement des enfants en primaire m’intéressait plus que ceux du collège.

 

Cela fait donc 6 ans que je suis le professeur d’EPS de toute l’école primaire. Je me charge des activités sportives de toutes les classes.
En plus des activités de l’école, j’ai pris en charge des activités ‘Comètes’ : le multisports le lundi soir et le football le mardi soir.
 Je continue à donner des cours de basket, dans un mini club, porte Champerret, le mercredi après midi ainsi que le vendredi soir dans un mini club près des Ternes.

 

Quel est la tenue de sport ?
 
La tenue est la même pour tout le monde : un tee shirt rouge ‘Comètes’ et un short blanc. Lorsque des activités sont prévues à l’extérieur par temps froid, un jogging blanc est autorisé.

 

Comment se passent les cours ? Dans quels locaux ?

 

Chaque classe a un horaire précis dans la semaine, et les lieux peuvent changer en fonction des activités proposées.
Les CP ont toujours cours à l’école, le jeudi ou le vendredi, pendant ¾ d’heure. Je préfère les avoir par ½ groupes, les activités sont plus intéressantes.
Les CE1 restent aussi à l’école, ils ont cours pendant 1h, le mardi. Et suivant les activités, ils sont en ½ groupes.
Les CE2, CM1 et CM2 vont dans des lieux différents suivant les activités : l’école, le gymnase Fragonard, porte de Clichy, le terrain Lemercier à côté du square Martin Luther King, le gymnase Leclerc, porte de saint Ouen, et le gymnase Bernard Lafay porte de Clichy.
Les CE2 ont cours le jeudi ou le vendredi.
Les CM1 ont cours le lundi ou le mardi.
Et les CM2 ont cours le lundi ou le vendredi
Et toutes les 3 semaines, tous les niveaux vont à la piscine. Il y a 4 groupes de niveaux, du débutant au confirmé, encadrés par 3 maitres nageurs et moi-même.

 

Les sports collectifs sont-ils développés ? Ou bien plutôt les sports individuels ?

 

J’aime beaucoup les sports collectifs. Je fais en sorte que tous les enfants aient des rôles différents, pour expérimenter l’ensemble du jeu collectif : les joueurs, les arbitres, ceux qui notent les résultats, etc…
Les sports individuels sont ceux de l’athlétisme, à tous les niveaux.

Et pour les CM2, je propose du sport de raquette, badminton ou tennis de table.

 

Y a-t-il des activités non mixtes ?

 

Le plus souvent, ce sont des activités mixtes qui sont proposées. Mais il arrive que je propose des jeux entre filles ou entre garçons.

 

Y a-t-il des matchs entre les classes ?

 

Cela est compliqué à organiser en raison des emplois du temps de chaque classe.

Mais il y a déjà eu des interclasses en CM2.

 
 

LA FORMATION DES ENSEIGNANTES

 

Depuis le début de l'année, plusieurs enseignantes de l'école sont parties quelques jours en formation. Madame Larinier nous en explique le but. Ce sont des formations réservées à l'enseignement privé.

 

La formation professionnelle tout au long de la vie est pour moi un élément essentiel du parcours des enseignants.
C'est l'oxygène qui permet à chacun de se ressourcer, de s'adapter, de nourrir sa pédagogie, de prendre du recul par rapport à sa pratique, de rencontrer ses pairs autour d'un thème particulier.

 

Deux possibilités s'offrent à nous : des formations individuelles ou des formations en école.

 

Cette année plusieurs enseignantes ont eu la chance de partir en formation.

 

Les thèmes abordés sont éclectiques: les intelligences multiples, le développement durable, l'accueil des enfants à besoins éducatifs particuliers, les ateliers d'écriture, le fait religieux et la différenciation pédagogique.

 

Ces formations favorisent d'une part une remise en question professionnelle engageant la réflexion en profondeur et le bien fondé de notre pédagogie, d'autre part la mise en évidence de nouvelles pratiques, de nouvelles idées directement applicables dans nos classes.

 

La formation permet d'être en alerte, de donner le meilleur pour permettre à chaque enfant de s'épanouir dans les apprentissages.

 

INTERVIEW DE JEAN-PHILIPPE BOULET

Chef - Cuisinier de l'Ecole du Sacré cœur

Le 13 décembre 2013

 

Monsieur Jean-Philippe Boulet a accepté de répondre à nos questions et de nous ouvrir les portes de sa cuisine. La restauration de notre école est gérée par la société Elior, entreprise de restauration.

La cuisine se trouve au sous sol de l’école, ainsi que le self des primaires, la cantine des maternelles est au rez-de-chaussée.

 

Depuis combien de temps êtes-vous Chef de la cuisine de l'école ? Qu'avez-vous fait avant ?

 

Cela fait 2 ans et demi que je suis Chef-cuisinier à l'école du Sacré-Cœur.
Je travaille depuis 25 ans dans la restauration. J'ai déjà travaillé pour la restauration scolaire pendant 15 ans. J’ai aussi travaillé dans la restauration en entreprise ainsi que dans les établissements de santé, toujours au sein de la société Elior.

 

Combien de personnes travaillent avec vous ? Comment se répartissent les tâches ?

 

7 personnes travaillent à la cantine avec moi. Chaque personne est polyvalente, ce qui renforce l'équipe. Le mélange des tâches est important pour moi afin que chacun puisse prendre sa place dans la cuisine. Les cuisiniers préparent les repas, mais les servent aussi aux enfants.
Les équipes tournent et chacun peut être amené à faire des tâches différentes chaque jour.

 

Comment se déroule le service de cantine ?

 

  • Au rez-de-chaussée, dans la cantine des maternelles, le service est fait par roulement de classes. Les petites sections déjeunent à 11h30, les moyennes sections à midi et les grandes sections à12h30. Les élèves sont servis par les aides maternelles des classes concernées  (les Assem) et deux membres du personnel de la cantine, Kaddy et Monsieur Saint Jean. Ce sont toujours les mêmes personnes qui servent les repas pour ce ce soit plus rassurant. Les entrées sont déjà dressées sur assiette et sur table à l'arrivée des élèves. Le plat, le fromage et le dessert sont ensuite servis par le personnel.

  • Au sous-sol, pour le primaire, un roulement est défini pour le passage des classes.Les élèves se plaçent où ils le souhaitent et l'entrée du self est bloquée quand il est complet (il peut contenir 100 élèves). Nayla surveille l’entrée et enregistre les passages de chacun. Chaque classe reste 20 à 30 minutes pour déjeuner et tous les passages s'effectuent entre 11h30 et 13h. Les élèves de CP sont soit en haut dans la cantine des maternelles, soit en bas.

Le self des primaires comporte un menu unique, les élèves se servent et doivent prendre de tout. S’ils le souhaitent, les enfants peuvent demander un supplément pour le plat principal (ceci ne concerne pas les entrées et desserts).

 

Il y a beaucoup de gâchis c'est pourquoi quelques élèves de CM2 proposent aux plus jeunes leur aide afin d'éviter qu'ils ne sortent sans manger pour aller jouer dehors.

 

Comment se passe le choix des menus et des aliments ?

 

Tous les plats sont fabriqués sur place. Seuls quelques plats comme les pizzas ou cheeseburgers sont livrés tout fait, mais cela reste très rare.


Les produits, quant à eux, sont achetés par l'intermédiaire d'une centrale d'achat de la société Elior.

 

Chaque semaine, une viande bio ou Label Rouge est servi en alternance.

 

Tous les 3 mois, la commission de restauration réunit les délégués des CM2, la directrice Madame Larinier, Nayla, responsable de la "vie scolaire", Madame Boaro, enseignante en petite section, un parent d’élèves Sabine Le Gouill et, bien sûr, le cuisinier. Le chef propose les menus pour la période à venir, et la commission en discute puis décide des menus, en essayant d’avoir des repas équilibrés pour les enfants.

 

Les menus à thèmes sont élaborés avec les délégués des classes du primaire.

 

Comment se passe le goûter des maternelles servi après l’école ?

 

Madame Mekideche est responsable du goûter des maternelles, elle est la responsable de la cantine à Sainte Marthe. Il est servi aux enfants des gâteaux ou du pain et confiture, ainsi que de l’eau ou éventuellement du jus d’orange.

 
De magnifiques dessins